Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› The Squiggle Game

Texte tiré des notes de pochettes:

Peu après avoir commencé à plancher sur ce disque, je fus terrassé par un blocage créatif, caractérisé non par une absence d’inspiration, mais par un excès d’idées. À l’affût d’une stratégie pour y remédier, je demandai à Fabrizio Gilardino, codirecteur de l’étiquette et concepteur de ses pochettes, d’en réaliser une avant même que la musique ne soit créée. Je lui proposai d’inventer le titre et la durée de chacune des pièces ainsi que de choisir les musiciens invités qui figureraient sur le disque: ma tâche consistant ensuite à créer une musique correspondant à ces paramètres.

Fabrizio se prêta au jeu avec enthousiasme et quelques mois plus tard, je reçus une esquisse de pochette bleu et or pour un disque appelé Dust comprenant treize morceaux aux titres particulièrement inventifs. Bien que le plan eût fonctionné à merveille jusque-là, je commençai alors à me sentir contraint, notamment par les titres et les durées, qui se révélaient peu à peu en conflit avec la musique qui prenait forme. Je persévérai, mais me rendis compte qu’il était vain d’assujettir la musique à une série de règles élaborées tout d’abord pour l’inspirer.

À ce moment-là, je lisais sur le psychanalyste anglais Donald Winnicott, qui avait conçu un jeu (appelé squiggle game) pour ses petits patients, consistant de sa part à esquisser un gribouillis sur une feuille de papier, pour demander ensuite à l’enfant de compléter le dessin. Il m’apparut alors que la pochette de Fabrizio, plutôt que de faire office d’album à colorier musical, pouvait être considérée comme une série de gribouillis à partir desquels j’étais libre de composer.

Ni le graphisme ni les titres originaux n’ont été conservés, bien que plusieurs des durées soient demeurées presque identiques. La seule chose qui n’a pas changé par rapport à la pochette originale, ce sont les trois exceptionnels musiciens dont la contribution a, plus que toute autre chose, fait de cet album ce qu’il est. Corinne, Nicolas et Sam, merci, merci, merci.

Alexander MacSween (traduction: Magali Stoll)

Pistes