La boutique des nouvelles musiques

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 22 juin 2006

C’est la batterie de Robbie Kuster qui accroche l’oreille dès l’ouverture de Tanz, en se balançant sur un rythme saccadé de mécanique claudicante. Puis, c’est la clarinette basse de Philippe Lauzier (aussi au sax) qui étonne. On dirait du Stravinski période Histoire du soldat… Pas vraiment étonnant de la part d’un trio jazz qui emprunte aussi deux pièces à Béla Bartók! Sa Mélodie pentatonique et son Bulgarian Rhythm prennent ici des couleurs étonnantes! Ailleurs, dans Porte des Lilas, par exemple, c’est la contrebasse de Miles Perkin qui semble se prendre pour un sax.

Sa Mélodie pentatonique et son Bulgarian Rhythm prennent ici des couleurs étonnantes!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.