La boutique des nouvelles musiques

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 6 février 2015

Fünf (cinq en allemand) est un collectif à douze mains féminines: Magali Babin, Andrea-Jane Cornell, Martine H Crispo, Anne-François Jacques, Émilie Mouchous et Erin Sexton. Elles œuvrent toutes à Montréal. Elles expérimentent toutes avec de l’électricité et des bidules faits main ou modifiés. Nous sommes dans le circuit-bending, dans la sculpture sonore miniature, dans l’automate, dans l’art de faire chanter les micros contacts.

Nous sommes aussi dans une forme d’improvisation microsonique où le silence a sa place, sans dire qu’il est roi. Les sons — grattements, frottements, chuintements, déplacements, parasites, larsens contrôlés, enregistrements de terrain, etc. — sont ténus, fragiles, mesurés. Ils racontent des histoires intrigantes, loufoques, touchantes parfois, jamais convenues.

La règle propose douze morceaux qui vont de quelques secondes à près de neuf minutes, enregistrés entre 2011 et 2014 dans diverses permutations, mais jamais en sextuor. Je connaissais déjà trois des musiciennes: Sexton, qui joue avec la lumière et les interférences; Babin, dont on se souviendra du Chemin de fer (No Type, 2002); et Jacques, la dame aux automates, que j’ai entendue pour la première fois sur un disque en duo avec Tim Olive. Malheureusement (et c’est mon seul bémol), rien sur la pochette n’indique qui joue quoi ou dans quoi, ce qui fait que je ne peux pas affirmer avoir fait connaissance (par l’oreille) avec les trois autres.

À bien y penser, ce n’est peut-être pas un malheur. En masquant ses parties, le collectif concentre notre attention sur le tout. Et ce tout présente une unité d’esprit qui m’a charmé dès la première écoute. À qui appartient telle ou telle trouvaille sonore? À Fünf, qui l’intègre aux autres trouvailles de Fünf. Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

Moments forts? Retenue mystique, le plus long morceau du disque, parce que son titre décrit parfaitement ce qui s’y passe et qu’on s’y sent dans un “space opera”, en plein calme avant la tempête. Aimes-tu ma porte? aussi, à l’humour subtil mais tordu. Et Morceau de Fünf, où quand on réinvente presque le presque rien selon Luc Ferrari.

Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.