Blogue

25 janvier 1990
Par Laurent Saulnier in Voir (Québec), 25 janvier 1990

Texte

«On appelle ça un disque important. Et même un monument.»

On appelle ça un disque important. Et même: un monument. Avec Le trésor de la langue, René Lussier trace un singulier portrait sonore de la situation de la langue au Québec. Un petit cours d’histoire des vingt dernières années.

L’idée de départ est pourtant toute simple: calquer, sur un instrument de musique, les notes émises par la voix lorsqu’elle parle. Mais ce n’est pas tout d’avoir l’idée. Il faut aussi trouver les bones choses à calquer. Lussier ne sait pas combien d’heures d’entrevue il a enregistrées, à micro caché ou dévoilé; combien d’extraits de discours, de déclarations, il est allé chercher dans les archives radio-canadiennes.

«On a essayé d’écrire des scénarios, déclare Lussier, mais on n’a jamais été capables de les compléter ou d’y coller. Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait, ni ce qu’on allait trouver. Moi, je voulais parler de l’histoire du Québec. Je me suis acheté des livres parce qu’à l’école, on ne me l’a pas apprise. On a ensuite passé des heures en studio pour coller note pour note au discours parlé. Petit bout par petit bout, piste par piste.» De la notation à l’exécution, un travail de moine.

La pertinence des extraits qu’il a choisis ne fait aucun doute. Que ce soit de Gaulle et son célèbre Vive le Québec libre («C’est un show rock, ça!»), Gaetan Montreuil lisant le manifeste du FLQ ou le discours de René Lévesque lors de la défaite référendaire de 1981. En fait, Le trésor de la langue, c’est comme du cinéma sans les images. On a la musique, les sonorités ambiantes… Il ne reste qu’à faire nos propres images.

Guitariste autodidacte et as de la musique improvisée, Lussier a remporté, avec Le trésor de la langue, le prix Paul-Gilson de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), prix couronnant normalement une composition de musique contemporaine. Avec ce contenu plutôt subversif, imaginez la surprise de la société d’État, prise au piège de la diffusion de cette œuvre… La prochaine étape pour Lussier est maintenant de monter Ie concert, mission quasi impossible… «On va le faire, mais sans bandes. Les textes seront lus par des chanteurs.» En attendant, Lussier poursuit son travail avec Derome au sein des Granules, avec un album à paraitre au cours du printemps. Le trésor de la langue est disponible en format vinyle et disque compact sur étiquette Ambiances magnétiques.

blogue@press-1097 press@1097