Blogue

1 mai 1989
Par Hélène Pedneault in Micro 4 #117 (Québec), 1 mai 1989

Texte

«… René Lussier, qui vient de remporter, en mars dernier, le prestigieux prix Paul-Gilson (musique) 1989.»

«Rue St-Laurent, Montréal. Une voix d’homme demande: “Est-ce que c’est important, pour vous, de parler français?” Une voix de femme répond: “Absolument, je suis Française. À vrai dire, moi je ne comprends pas le dialecte québécois, donc, je les comprends difficilement, Et j’aimerais bien qu’on s’adresse à moi en français.”»

C’est ainsi que débute la pièce musicale Le trésor de la langue de René Lussier, qui vient de remporter, en mars dernier, le prestigieux prix Paul-Gilson (musique) 1989. Insigne honneur pour ce jeune compositeur de 32 ans, ainsi que pour le Service musique radio de Radio Canada qui n’avait pas remporté ce prix depuis 26 ans. D’une valeur de 10 000 francs suisse, il fut décerné à l’unanimité par les jurés de la Communauté des radios publiques de langue française (CRPLF), réunis cette année à Bruxelles.

Pourtant, René Lussier n’est pas connu comme un compositeur de musique contemporaine. «Je n’ai jamais étudié la musique, dit-il. Je l’ai apprise avec mes amis, avec les gens avec qui je travaillais. Donc, je ne peux pas aborder ce prix avec la même attitude qu’un compositeur reconnu, “sérieux”. Au départ, soyons clair, je suis un musicien de rock. Alors qu’un musicien de rock, dans un contexte de musique sérieuse, gagne un prix semblable, c’est important, et pas uniquement pour moi.»

Compositeur, René Lussier joue de la guitare, de la basse, des tambours et des percussions, en plus de jouer des voix, des micros, des magnétophones, des mixeurs et autres appareils, comme des instruments. Autodidacte, il n’a qu’une passion: la musique.

Membre d’Ambiances magnétiques, un regroupement de musiciens et musiciennes de même «famille» qui disent faire de la «musique actuelle prêt-à-porter», il a produit plusieurs disques sur l’étiquette qui porte le même nom. Ils ont mis en marché une douzaine de titres, dont quatre de René Lussier: Derome/Lussier: «Volumes 1 et 2», Lussier/Lepage: Chants et danses du monde inanimé et René Lussier: «Fin du travail».

Depuis quinze ans, il a fait de nombreux spectacles avec une douzaine de groupes dont Conventum, Arpège, Les 4 guitaristes de L’Apocalypso Bar, Les granules, etc. Comme si ce n’était pas suffisant, il contribue à une quarantaine de musiques de films, dont celle du dernier film de Jacques Leduc qui vient de prendre l’affiche à Montréal avec grand succès, Trois pommes à côté du sommeil, ainsi qu’une vingtaine de musiques pour des émissions de radio, des performances, du théâtre ou de la danse. Rarement a-t-on vu un musicien prêter ou greffer sa musique à autant d’arts différents. Cette fois, avec Le trésor de la langue, René Lussier touche à la voix, à tous les genres de musiques… et à la politique.

HP: «Entre la première idée de ce projet et le résultat final, y a-t-il beaucoup de différences?

RL: L’idée originale du Trésor de la langue, était de faire de la musique avec la voix parlée, peu importe le sujet. Je voulais répertorier les différents accents de la langue française parlée au Québec. Mais je me suis vite rendu compte que c’était un travail de moine, que je n’avais aucune formation pour le faire et que, de toute façon, il y avait presque autant d’accents que de gens, dépendant des familles, des régions ou des classes sociales. Donc, j’ai mis de côté les accents. J’ai utilisé toutes les sources de son possibles: la radio, la télé, la rue, les entrevues, les archives. Le résultat est une sorte de film sonore. Pour composer, je pars toujours d’un chaos assex joyeux finalement!

HP: Vous avez fait combien d’heures d’enregistrement pour en arriver à ces 30 minutes?

RL: Dans cette pièce, on n’entend qu’un infime pourcentage de tout ce qu’on a ramassé pendant deux ans. Au total, on doit avoir entre vingt et trente heures d’enregistrement. On a procédé de deux façons: parfois nous étions visibles, avec notre perche et notre magnétophone à vue, dans un endroit publique ou sur la rue; parfois nous étions invisibles, et nous faisions de «l’espionnage» avec une Nagra, un micro et une antenne cachés dans l’auto. Nous arrêtions le moteur et nous posions des questions à des gens dans la rue, en restant dans l’auto. Cette manière de procéder avait un petit côté C. I. A. ! On a aussi un vox populi de 90 personnes sur un question précise: «Est-ce que c’est important de parler français? Pourquoi?» C’est ça, faire des statistiques! Au fond, quand on questionne 90 sur 100 personnes sur la rue, on a une bonne idée du pouls de l’ensemble de la population. Mais on n’en a gardé que cinq ou six dans la pièce.

HP: Aviez-vous un scenario précis avant, ou a-t-il été écrit après que vous ayiez eu en main tous les éléments?

RL: On a écrit le scénario après. Des scénarios, on en a fait des tonnes, mais aucun ne tenait vraiment le coup. On a même essayé d’inclure du théâtre avec des comédiens, mais ça détonnais avec le reste. Je voulais du vrai monde.

Dans le document accompagnant la pièce, le scénario est raconté comme suit: «À bord du French spirit, deux aventuriers de la langue montent à Québec par le Chemin du Roy. Tout au long de leur quête, nos héros demandent leur chemin et s’inquiètent: «Est-ce important de parler français au Québec?» De rues en autoroutes, de la rue Principale en passant devant la cathédrale, ils aboutissent aux «Archives de la langue».

C’est là qu’ils découvrent Le trésor de la langue! Mais à peine ont-ils eu le temps de fouiller les reliques qu’ils tombent sur un os empoisonné. La survie de la langue est intimement liée à la conquête politique du pays, et les événements des dernières décennies ne peuvent que resurgir du fond de la sonothèque-mémoire pour envahir une nouvelle fois les ondes. Mais quelle est donc cette langue qu’on tient tant à préserver? Quel est son mystère? Qu’y a-t-il donc sous les mots?… la plage? «Demandez-le aux Iroquois»…

«Au départ, on s’était dit que notre auto s’appelerait le “French Spirit”, comme le “Spirit of St. Louis” de Lindbergh», continue René Lussier. On a remonté le Chemin du Roy en quatre jours, de Montréal à Montmagny, en s’arrêtant partout. D’étape en étape, les deux voyageurs demandent leur direction et là, des événements musicaux arrivent. Ils demandent où sont les archives, où est Québec, où est le meilleur restaurant, ils reviennent, ils repartent. Finalement, l’idée du voyage était la trame la plus simple. Mais on avait quelques buts précis, comme aller aux archives folkloriques de l’Université Laval à Québec. Ce qu’il y a comme archives est très romancé. Moi, je m’attendais à entendre un forgeron expliquer son travail d’une façon très documentaire. Pas du tout. Mais on peut trouver vingt versions de l’histoire de Ti-Jean ou du diable! Nous n’avons pas gardé beaucoup d’archives dans cette version, mais dans l’intégrale - qui devrait durer autour d’une heure dix - il y en aura plus, et l’archiviste sera très présent.

Donc, on se retrouvait avec un os, sans viande autour. On n’avait pas grand chose: des gens qui nous donnaient des directions, et des petits vieux qui nous parlaient sur un ruban, avec un bruit affreux. La qualité d’enregistrement des archives est épouvantable. L’os empoisonné, finalement, c’était de partir sur cette galère et de se retrouver avec un matériel fou en sachant seulement que ça allait nous prendre beaucoup de temps avant de démêler tout ça!…!

De plus, j’avais pensé à Octobre ‘76, au manifeste du F. L. Q. , à De Gaulle, à des points importants de l’Histoire du Québec, que j’ai été chercher par la suite à Radio-Canada. Alors le voyage est interrompu par des éléments politiques qui prennent beaucoup de place. Je n’ai pas la prétention d’être un historien C’est même plutôt l’inverse: Je me suis donné un cours d’histoire. Toute l’affaire s’est bâtie finalement d’une bien drôle de manière…

HP: C’est une musique qui est très visuelle…

RL: Oui, elle suggère des images. Mais dans ce qu’on entend, il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup d’images d’archives qui sont synchrones avec ces mots-là: le discours de De Gaulle, Gaétan Montreuil en train de lire le manifeste du F. L. Q. , René Lévesque après l’échec du référendum, etc. Dans cette pièce, j’ai voulu donner autant d’importance aux gens ordinaires qu’aux événements politiques. Je suis content de l’enchaînement. Il y a une chronologie un peu simple, mais qui marche bien.

HP: Les voix enregistrées ont-elles été traitées? Echantillonnées?

RL: Non. Je n’ai fait aucun échantillonnage avec les voix. J’écoutais quelqu’un parler sur une bande, et je prenais un tronçon de la phrase que je mettais en boucle pour pouvoir le réécouter à l’infini. Je trouvais ensuite les notes principales de la mélodie contenue dans la voix, puis les autres notes de passage, à l’intérieur.

Après cette étape, on entrait en studio pour enregistrer l’instrument qui allait suivre la voix, phrase par phrase. Comme il n’y a aucun rythme standard dans la parole, ce n’est pas facile d’aller le chercher, de le suivre avec un instrument. Il y a une détermination, une précision dans la voix. Elle est souvent plus complexe rythmiquement, que la musique contemporaine! La musique que contient la voix ne nous fait jamais peur parce qu’elle transporte du sens et qu’on comprend les mots. Mais quand on enlève et qu’on ne garde que l’instrument qui la suit, note à note, la musique qu’on entend est très surprenante, elle nous fait peur. C’est un peu ça le trésor dont il est question dans cette pièce.

Une fois la voix doublée par un instrument, ce n’est pas fini. Il faut faire la musique maintenant, les chansons, les orchestrations, sur toutes sortes de rythmes: rock, bossa-nova, fanfare. musique dite plus «sérieuse», etc. Mais la pièce est assez rock finalement. Je suis un musicien de rock inscrit dans un contexte de musique sérieuse. C’est une pièce proche du «zapping» de télévision. Moderne? Qu’est-ce que ça veut dire au fond? Les étiquettes, c’est tellement flou. Quand on parle de musique ancienne, on fait référence à quelle époque exactement? Moi, j’associe mon type de musique au rock. Dans son rapport à la musique, un musicien de rock utilise des techniques, des bases, des attitudes qui sont semblables à celles de la musique concrète.

HP: Qu’avez-vous appris dans cette aventure?

RL: J’ai avancé à toutes sortes de niveaux: sur le jeu de guitare - parce que j’en ai joué pas mal dans cette pièce - et sur le rapport avec les gens en tant que leader. J’ai appris à approcher les gens sur la rue, à les laisser parler. J’ai appris aussi à avoir des bons réflexes quand je regarde la télé! À un certain moment, la matière elle-même devient un outil, au même titre que la guitare. Sur le plan de la construction des pièces et de la composition, j’ai aussi appris comment faire des liens, des enchaînements. Mais simplement d’avoir ouvert la télé pour chercher du matériel à enregistrer m’a appris beaucoup. Je voyais des députés discuter de la langue: j’écoutais ce que l’opposition avait à dire, le gouvernement en place. Ecouter des archives permet de sentir les différentes époques. Maintenant, je comprend un peu mieux ce qui se passe. Au bout du compte, que la musique m’ait amené à aller voir ce qu’étaient tous ces discours politiques au fond, c’est extraordinaire.

Le trésors de la langue est une œuvre audacieuse, qui explore un «chant» de la musique pratiquement inédit. Bien au-delà des genres, même si son auteur la définit comme majoritairement rock, c’est une œuvre de coeur, de racines. Une œuvre qui s’approprie sa propre histoire tout au long d’un voyage, d’une quête d’identité dont le Graal est la langue. Que cette recherche soit remplie d’un humour fin et parfois débridé, n’est pas le moindre de cette pièce. Œuvre de santé, qui n’a peur de rien, Le trésor de la langue se promène partout comme un enfant curieux. Un air d’opéra suit une gigue endiablée; des bruits de rubans qui reviennent en arrière comme si on avait raté l’entrée de cette Rue Principale qui devient subitement une chanson, fabriquée avec toutes les indications des gens pour la trouver. Chanson, jazz fusion, rock.

«Cette pièce a un petit côté tombola», commente René Lussier en l’écoutant avec moi. «On cogne à toutes les portes». Exact. On cogne à la porte des archives; le discours de Charles De Gaulle sur le balcon de l’Hôtel de ville de Montréal, en 67, devient musical: «Vive Montréal, Vive le Québec, Vive le Québec libre!» Il ne se retourne pas dans sa tombe. Bruits de la foule en délire. D’un «réel», nous passons aux rythmes des Indiens d’Amérique, De Gaulle revient, mais son discours est trafiqué. Il répète toujours la même phrase: «Ce qui se passe ici…» Des accents anglais, des mots de langues que nous ne reconnaissons pas. Nous pensons parfois que le ruban tourne à l’envers. Mais non. Il est toujours à l’endroit. Ce sont les langues qui nous mettent à l’envers. Des sirènes de police. Un extrait de trois minutes du manifeste du Front de Libération du Québec (F. L. Q. ), lu à la télévision en 1970 par l’annonceur de Radio-Canada Gaétan Montreuil «Le F. L. Q. n’est pas le Messie, ni un Robin des Bois des temps modernes, mais il est la réponse à l’aggression… Oui, il y en a des raisons à la pauvreté… Nous vivons dans une société d’esclaves terrorisés». Le texte est lu parfois sur un mode musique «country», parfois sur une litanie à forte saveur de grégorien pour la nomenclature de tour ce qui terrorise les gens, «big business» ou religion. «Faites vous-mêmes votre révolution dans votre quartier et votre milieu de travail». Puis, la voix de Pierre Elliott Trudeau: «Le Gouvernement du Canada a décidé de proclamer la Loi sur les mesures de guerre»… Et celle du syndicaliste Michel Chartrand dans une de ses célèbre harangue contre le système: «… botter le cul de tous les patrons, inconsidérément. C’est ça qu’on va faire». Cette dernière phrase devient le refrain d’une chanson, scandée par la voix de Michel Chartrand lui-même.

blogue@press-1249 press@1249