Blogue

1 mars 1990
Par Denis Huot in Le Musicien québécois #2:1 (Québec), 1 mars 1990

Texte

René Lussier est surtout connu dans les milieux dits alternatifs. Il est même une vedette attitrée du Festival international de la musique actuelle de Victoriaville depuis plusieurs années. Guitariste. bassiste et compositeur il a une feuille de route bien remplie. Il a joué dans le groupe Conventum. dans l’ensemble de musique improvisée de Montréal (EMIM): il a été associé à plusieurs projets avant-gardistes et il a été l’accompagnateur de Pauline Julien pendant quelques années. En tant que compositeur, il a émergé avec la mise en place de l’étiquette montréalaise Ambiances magnétiques. Il œuvre actuellement avec deux formations, Granules et Keep the Dog. On le retrouve souvent avec les deux mêmes acolytes. Jean Derome (saxophone, flûte, clavier) et Fred Frith (basse électrique, violon, piano). L’an dernie, en Belgique. Lussier a remporté le prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française. Décerné à une œuvre contemporaine. ce prix lui était remis pour la première partie du Trésor de la langue.

La véritable originalité de ce disque réside dans son concept et dans son procédé unique de composition. Le point central se trouve dans la question initiale: est-ce important de parler français au Québec? Quelle est donc cette langue que l’on tient tant à préserver? Quel est son mystère? Qu’y a-t-il donc sous les mots?

Au départ, nous retrouvons des «échantillons de paroles»: d’une part des segments historiques avec des documents d’archives officielles comme l’enregistrement original de «Vive le Québec libre!» du Général de Gaulle, Ie manifeste du FLQ lu par Gaétan Montreuil, la défaite du référendum, commentée le soir même par René Lévesque. un discours de Maurice Duplessis. une célèbre envolée oratoire de Michel Chartrand… D’autre part. nous avons des échantillons de paroles de gens ordinaires, plus gratuites’ spontanées et quotidiennes. Puis, ces bandes sont traitées, superposées, trafiquées. C’est dans le montage hyperlaborieux, qui a exigé deux ans et demi de travail de moine, que se situe le défi artistique de ce disque. Les paroles sont comme «prises en dictée» par un instrument ou l’autre. Selon le compositeur, à certains moments. La musique est un support, voire même l’ombre de la voix, alors qu’à d’autres moments c’est au contraire la paroie qui soutient la musique. Le créateur décrit sa musique comme du «cinéma direct en sons».

Lussier procède souvent par tâtonnements et essais. Il I’admet d’ailleurs lui-même: «Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait ni ce qu’on allait trouver.» On y sent quelque chose d’inachevé. Après une écoute intégrale (65 minutes),I’auditeur continue à se demander ce que l auteur cherchait réellement.

Le sujet de la langue se prête à de hautes dissonances, non seulement politiques, mais musicales. Voici probablement un point qui en rebutera plus d un: la musique est d’une approche trés contemporaine. Elle est d’une complexité déroutante. décourageante, assez carrée et, par moment, franchement écorchante pour les oreilles fragiles. Est-il possible que cette œuvre touche plus de gens que ne le fait habituellement la musique contemporaine? René Lussier explique: «Lorsque tu écoutes un discours qui te touche, tu t’ouvres à la musique qui en sort aussi compliquée soit-elle. C est une référence directe. Mais si on n a pas de références liées à la parole on trouvera cette musique très étrange.»

Le Trésor de la langue s’avère un disque important, sunout à cause de son sujet, la langue française. Mais, sur le plan musical, le résultat n’est pas des plus probants: car, même ce qui est intéressant n’a pas nécessairement de valeur.

blogue@press-1461 press@1461