Blogue

1 novembre 1996
Par Gérard Rouy in Jazz Magazine #464 (France), 1 novembre 1996

Texte

Vous avez beaucoup tourné — compris en France — avec le spectacle Le Trésor de la langue basé sur une musique de la voix parlée, où De Gaule tient une part importante…

J’avais commancé à doubler à la guitare une dame qui parle dans un film et j:ai fini par trouver une methode de notation, puis d’exécution qui soit le plus proche possible de la voix. J’ai essayé plusieurs choses: mettre un piccolo sur quelqu’un qui parle très grave avec deux octaves de différence, ou aller dans le son de la voix, on comprend alors le sens de la phrase mais il y a quelque chose d’étrange. Au début, Ie Trésor était une chronique sur la langue, puis c’est devenu une chronique sur l’histoire politique récente du Québec (avec le fameux discours de De Gaulle). Ce n’était pas l’intention première, je ne suis pas un musicien conceptuel, mon approche est plus anarchique — mais avec soin, pas juste péter la baraque pour pouvoir la reconstruire apres. Puis c’est devenu un spectacle pour la scène, où l’improvisation s’est intégrée de façon radicale, et un film (Le Trésor Archange, réalisé par Fernand Bélanger). Pour le spectacle, avec Bob Ostertag on a échantillonné chaque fragment de voix et développé tout un système de signaux visuels avec les instrumenastes. qui avaient une partition avec le texte et ies mèlodies.

Vous ètes l’un des créateurs du label Ambiances magnétiques

Après avoir autoproduit un disque, Je me suis associé avec Robert Lepage. Aujourd’hui c’est une sorte de coopérative comprenant une quarantaine de disques. C’était orienté vers ce qu’on appelait les «musiques actuelles», certains appellent ça du «folklore moderne» d’autres du «rock progressif» d’autres du «free». Je m’intéresse autant à la composition plus traditionnelie qu’à l’improvisation, j’aime bien improviser en solo et en duo. voire en trio—ensuite ça necessite plus de cohérence—mais j’ai aussi le désir de composer.

Est-il difficile d’être musicien au Québec?

Le Québec est comme une enclave, nous sommes nés à l’ombre de l’empire du Big Brother américain, et le reste du Canada est anglophone. Méme si on fait une musique instrumentale, il n’est pas facile de tourner, il faut se renouveler sans cesse, donc faire des gros projets, composer de la nouvelle musique tout le temps — dans ce sens nous sommes des musiciens de fond. Nous avons la chance de faire de la musique pour le cinéma, j’ai fait une cinquantaine de musiques de film, surtout des documentaires, ce qui nous permet de vivre pendant de longues périodes avec des moments creux. On se relaie un peu à travers un cercle de musiciens, d’amis. Il y a une certaine fraternité musicale chez nous.

blogue@press-1463 press@1463