Blogue

1 avril 1997
Par André Lortie in Info langue #1:2 (Québec), 1 avril 1997

Texte

0n connait bien ce que les écrivains, les dramaturges et les poètes peuvent faire avec les mots. Pour leur donner un sens, ils ne peuvent généralement que les aligner les uns après les autres. Mais quand un musicien et un créateur en arts visuels s’en emparent, les mots de la langne connaissent un tout autre sort.

Pour le premier, c’est la musicalité de la langue française — non pas pour écrire un texte de chanson sur une musique, mais bien pour donner une sonorité aux mots — qui fut à l’origine de son Trésor de la langue. Pour le second, les mots ont visuellement et musicalement pris forme, à partir du dictionnaire, pour donner naissance aux Pages-miroirs et à son Terrain du dictionnaire A/Z.

Figure dominante de la musique actuelle, guitariste, compositeur, improvisateur et multi-instrumentiste, René Lussier compte à son actif un nombre impressionnant de réalisations dont une douzaine de disques, une quarantaine de trames sonores de films, de multiples participations à des enregistrements, des œuvres commandées et des tournées européennes. Le musicien est aussi l’auteur d’une œuvre exceptionnelle, née à la radio, devenue disque, exécutée en spectacle, transposée sur film et dont on tirera bientôt une trame sonore comportant des extraits de concerts! Le trésor de la langue de René Lussier, paru en 1989, constitue une pièce majeure basée sur une approche documentaire dont les voix enregistrées (discours, extraits de conversations et d’entrevues, narration, etc. ) ont été annotées, interprétées par des musiciens et traitées en studio.

Remontant le Chemin du Roy vers Québec au milieu des années 80, Lussier et le preneur de son Claude Beaugrand ont d’abord recueilli des témoignages sur la langue et visité des archives sonores, à la recherche de nos racines linguistiques. Des extraits de discours de Charles de Gaulle, René Lévesque et Michel Chartrand, de conversations entre les musiciens, de poèmes de Jacques Ferron et Patrice Desbiens, et de textes de Richard Desjardins ont également été sélectionnés pour compléter le portrait. Une bonne part de ce matériel a subi un traitement qui consiste à transcrire la musicalité des mots sur une portée. Résultat final: «Une œuvre grande ouverte à l’interprétation, qu’elle soit de nature politlque, linguistique, musicale ou anthropologique». Vous l’aurez compris, il faut l’entendre pour le croire.

«Le trésor de la langue, c’est d’abord cette façon exceptionnelle de saisir la musique des mots, voire du langage parlé», a écrit le journaliste Alain Brunet. René Lussier confirme: «L’idée originale, c’était de générer de la musique à partir de la langue parlée. Nos propos quotidiens sont rythmés, comportent des hauteurs de sons, avec des contours plus prononcés chez certains. Tout ça, c’est des mélodies. J’ai fait beaucoup de notation de voix sur des partitions musicales, à la mitaine, pour Le trésor de la langue. Ça permet de rentrer dans la voix de quelqu’un, dans les émotions.»

En cours de processus, étalé sur une période de cinq ans d’écoute, de transcription et d’arrangements - disposant de suffisamment de matériel pour faire un coffret de plusieurs disques! —, René Lussier constate que les propos les plus banals, et non pas les discours articulés, sont porteurs d’une musique et d’une résonance beaucoup plus fortes. «C’est la langue chantée ponctuée d’accents du monde ordinaire qui a servi de matériel de base», explique-t-il. Parfois doublée par un ou plusieurs instruments, à d’autres moments uniquement traduite en musique, la parole recueillie prend alors une tout autre dimension, grâce au travail de moine effectué par Lussier.

Intemporelle, cette œuvre du musicien construite de façon intuitive et spontanée, «pour demeurer en état de jeu» dit-il, se rattache à une pratique issue de la tradition orale. Alain Brunet écrivait encore à ce sujet: «Cette musique renvoie à nos racines populaires parce que le langage parlé donne un sens à tout ce qu’il y a d’expérimental. Le trésor de la langue peut toucher les gens bien au-delà du public sensible aux musiques d’avant-garde.»

blogue@press-1467 press@1467