Blogue

11 octobre 1991
Par Ginette Bellavance in Le Devoir (Québec), 11 octobre 1991

Texte

Si vous connaissez Le trésor de la langue de René Lussier dans sa version disque, vous étes sûrement très curieux d’en connaitre la version scènique. Ce trésor prendra forme de concert ce soir, à 22 h, au Grand Caté de Victoriaville.

Cette fresque musicale, miroir de la langue parlée au Québec, était déjà un défi à réaliser sur disque, du fait du matériel et des techniques utilisées. Un matériel abondant allant d’extraits de discours célèbres (René Lévesque, Charles de Gaulle, etc. ), jusqu’aux expressions les plus quotidiennes. Une technique qui calque l’enveloppe des mots et des phra ses parlées, pour en faire un discours musical en parfait synchronisme avec la langue.

Sur scène: sept musiciens dont deux sont tour à tour narrateurs ou comédiens (René Lussier et Richard Desjardins); un échantillonneur qui restitue, «partition en main», les voix de Lévesque, Trudeau, de Gaulle, etc. ; et des cassettes qui recréent diverses ambiances. René Lussier nous explique que dans le spectacle «il y a une dizaine de calques, où un instrument de musique suit les inflexions de la voix. C’est acrobatique, ça tient parfois du tour de magie». Lussier nous dit clairement qu’il n’a pas l’intention de recréer le disque. Il veut donner au Trésor de la langue une autre forme. «C’est ainsi que certaines sections qui ne duraient que quelques secondes sur le disque, sont, dans la version concert, passablement allongées. Histoire de bien sentir la qualité de la musique générée par la courbe de la voix. Un bon exemple en est le boogie de Michel Chartrand.»

Il est intéressant de souligner que les musiciens choisis pour créer la version scénique du trésor, proviennent de milieux et d’influence disparates (folk, country, électro-acoustique, contemporain, jazz… ).

Mais là où il n’y aura pas de changement, c’est au niveau de l’impact. Le méme que l’on a ressenti sur disque. «Le propos est identique: il y a une charge. Que les gens s’attardent à l’aspect politique, historique, commentaires sociaux, humour ou matière musicale, plusieurs lectures sont possibles. Je laisse donc au public toute la place qu’il désire dans l’aventure que je leur propose.

blogue@press-1473 press@1473