Blogue

10 février 1990
Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 10 février 1990

Texte

«Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin.»

La langue. La langue parlée, et non écrite, est le sujet du nouvel album de René Lussier, guitariste et compositeur. La langue de bois et la langue du bitume, la langue de salon et la langue épicée, la langue claire ou sombre, la langue dans tous ses états, la langue qu’on emploie à toutes les sauces a été mise en notes.

La langue et son enveloppe sonore qu’on a baptisé «Accent» occupe la face I et la face 2 de cette production qui s’appelle, à juste titre, Le trésor de la langue. Ce trésor a été édité par Ambiances magnétiques, l’étiquette des iconoclastes sérieux, soit Lussier, Jean Derome, Jean-Denis Levasseur, Robert Lepage, les musiciennes de Wondeur Brass et les musiciens de L’Apocalypso Bar.

Ce projet à la fois original et ambitieux, dans le sens le plus noble du terme, Robert Lepage l’a expliqué ainsi, «son procédé—celui de Lussier—consiste à prendre en dictée musicale chaque intervention parlée. Chaque phrase, chaque mot, chaque inflexion sont ainsi transposés en langage musical pour divers instruments. Les mélodies et les motifs obtenus sont ensuite arrangés et orchestrés dans des styles trés variés». On ne peut étre plus clair.

Question de méthode, voici maintenant comment les choses se sont déroulées. Il y a deux ans et demi René Lussier et un de ses complices travaillant dans le milieu cinématographique, soit Claude Beaugrand, sont partis à la chasse aux mots et aux sons. Ils ont loué une auto qu’ils ont baptisée le «French Spirit» comme il y eut le Spirit Of Saint-Louis, puis ils ont pris la route qui passant par la rive nord, devait les amener aux archives sonores de l’Université Laval.

Au cours de ce périple de cinq jours, «nous avons ramassé du stocck de façon anarchique mais avec soin. Je dirais même avec luxe. Pour plus d’authenticité, pour plus d’intégrité on a espionné en quelque sorte les gens. On leur posait des questions de telle sorte qu’ils ne voient pas le micro. On ne voulait pas qu’ils soient gelés par la technique. En fait, on travaillait comme les réalisateurs du cinéma direct».

A ces petites phrases dites à haute voix, Lussier a ajouté des «grosses» phrases. Celles de l’Histoire. Celles qui ont marqué l’Histoire du Québec au cours des 20 dernières années. Soit les phrases politiciennes des Lévesque et De Gaulle, Trudeau et Chartrand, ainsi que les phrases du FLQ lues par Gaétan Montreuil et l’accent de la reine.

«La crise d’octobre, lorsqu’elle a eu lieu j’avais 12 ans. J’étais encore trop jeune pour étre conscient de la portée de ces événements. Ce que les membres du FLQ ont fait à cette époque s’explique. Ça ne se justifie pas, mais ça s’explique. Pour ce qui est du texte, qui fait 15 minutes, j’ai essayé de conserver les moments les plus forts et qui sont encore actuels. Les farces ont pris le bord. D’ailleurs pour tous les textes, j’ai voulu éviter la caricature. J’ai gommé afin de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ridiculiser les gens».

Musicalement, le travail accompli a été fait en étroite collaboration avec le saxophoniste et flûtiste Jean Derome, le guitariste britannique Fred Frith, le contrebassiste Claude Simard, le tromboniste Alain Trudel, alors que Claude Beaugrand était en charge des Ambiances magnétiques.

Pendant deux ans et demi Lussier a donc enregistré des paroles. Ensuite, il a transcrit leur enveloppe musicale sur la portée musicale. Puis, il a fallu arrangé. n a fallu trouver la note du mot qui correspondait à la note de la clarinette, de la guitare et autres. Un véritable travail de bénédictin.

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’une production qui s’écoute confortablement. Nous sommes à mille lieux du racolage sonore. Nous sommes dans notre propre musique. Celle de chaque instant du jour ou de la nuit. Le trésor de la langue, «c’est le contraire de la musique commerciale». À écouter au moins une fois!

blogue@press-1474 press@1474