Blogue

1 avril 1990
Par Marc-André Houle in Rebelles (Québec), 1 avril 1990

Texte

«… c’est l’urgence d’aujourd’hui.»

Une œuvre artistique qui traduit la réalité sociale dans toute sa globalité mérite qu’on lui porte attention et analyse. Sensible à son époque et à l’histoire, René Lussier a surmonté le défi de nous entretenir de la langue sans tomber dans les platitudes nationaleuses. Sa fresque musicale, Le trésor de la langue, sortie en format vinyle et en disque compact au mois de janvier dernier, pose les bal ises du Québec contemporain et virtuel, une culture québécoise à plusieurs dimensions qui ne s’épuise pas à la seule question linguistique.

Une œuvre à plusieurs sens

D’emblée, Lussier nous propose un projel musical complexe et aventureux: découvrir pour chaque syllabe, la note musicale qui y correspond, pour en arriver à faire jouer la musique qui se cache derrière les mots et la parole. D’où un patient travail pour extraire la musique du verbe enregistré auprés des gens rencontrés au fil du projet, en plus d’une cueillette d’extraits sonores célèbres: Ie discours du général de Gaulle à l’Hôtel de Ville de Montréal en 1967, la lecture du manifeste du FLQ par Gaétan Montreuil en 1970, Maurice Duplessis, Michel Chartrand, etc.

Les voix se trouvent accompagnées par un instrument, le plus souvent la guitare ou le violon, donnant l’impression de chants. L’interaction parolel musique est à ce point forte qu’on se demande, aprés écoute, si ce n’est pas plutôt la parole que l’auteur a voulu coller à une musique déjà écrite. Mais alors que cette musique seule pourrait se justifier, si l’on accepte l’idée d’ume musique contemporaine où les notions de mélodie, d’harmonie et de rythme sont différentes, le lien parole/musique enchâssé dans une tapisserie musicale bigarrée produit une œuvre puissante par les multiples chemins ainsi créés.

Avant tout, cette musique générée par les mots ne suit pas une trajectoire bien déterminée lorsque jouée sans paroles. La direction musicale indécise s’accentue davantage puisqu’une phrase répétée n’est jamais pareille. C’est donc vers le hasard que nous conduit le travail de Lussier.

Autre piste explorée dans Le trésor de la langue: les nombreux styles musicaux employés pour l’orchestration des extraits sonores. Lussier s’est servi du rock, du blues, du jazz et, parfois, de références plus contemporaines. Mais la présence très forte de la guitare -classique et électrique- instrument qu’il pratique, nous ramène plus souvent au rock. Imaginez alors le discours du général de Gaulle en 1967 dans une armosphère à la Jimi Hendrix, la lecture des résultats du rétérendum de 1980 sur du blues ou un discours de Michel Chartrand scandé au rythme du rock’ntroll… Il s’agit d’un rock «fucké» où l’auteur mélange les enregistrements, joue sur leur vitesse, superpose les discours, fait alterner les formes musicales.

En continuation directe avec le travail entrepris ailleurs (voir REBELLES, vol. 1, no. 4), Lussier laisse une place majeure à l’improvisation des instrumentistes, relançant toujours plus loin la dialectique de l’improvisation et de la composition dans une œuvre. Ce n’est pas sans me rappeler, avec bonheur, la musique de Frank Zappa et de John Zom dont les ponts communs sont la simultanéité, la discontinuité et la diversité des sources sonores et musicales, et bien sûr l’humour.

Le travail de studio (entre autre, le mixage) est partie intégrante de la conception générale. L’audition avec casque d’écoute permet de constater la vivacité musicale, la séparation puis l’assemblage entre les paroles et leur mélodie particulière, ainsi que les différentes orchestrations. Bref, pour qui veut y porter attention, la pièce a des richesses qui se laissent découvrir en plusieurs moments.

Politique?

Telle une odyssée, Le trésor de la langue plonge dans la quête de l’identité. En faisant alterner des gens qui répondaient à la question «Est-ce important de parler français au Québec?» et des extraits d’événements politiques qui ont marqué le Québec des quarante dernières années, Lussier nous introduit dans une réflexion intégrant la bagarre linguistique et la lutte politico-sociale pour l’indépendance du Québec.

À un niveau plus profond, il montre l’identité culturelle et sociale du peuple québécois dans leur appropriation originale de la langue française et les modalités de sa survie dans un contexte nord-américain d’acculturation. Le langage quotidien des gens, une manière de «dire» les mots qui se découvrent à l’aide de leur musicalité mise à nue; voilà le miroir qu’il nous offre en effectuant un travail d’archéologue par l’exposition des «différents accents de la langue parlée au Québec», qui se voulait son projet originel. Par le texte de Richard Desjardins, Qui se souvient, Lussier nous rappelle plus Ioin la tragique et lente destruction des peuples amérindiens du Québec. Comme quoi le prix à payer pour la survie des Québécois-e-s a été refilé aux Premières nations du territoire.

Une radiographie sociale

Gagnant du prix Pani-Gilson- 1989 de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), René Lussier a réussi un exploit hors du commun. Il faut comprendre que le thème, la langue parlée au Québec (que plusieurs, au sein de la francophonie, considérent tout juste comparable à un dialecte du français de Paris) et le style de musique «actuelle» que préconise Lussier, défoncentt les barrières admises dans ce genre de concours. Sans compter que l’œuvre a été choisie par Radio-Canada pour représenter le pays!

Le véritable tour de force tient dans le résultat percevoir, aprés l’absorption d’une telle musique, la radiographie vivante d’une société. Percevoir le présent et les contours du futur; l’actualité de ce qui est proposé dans Le trésor de la langue ainsi que ce qu’il nous amène à entrevoir, dépassent les horizons. Espace politique à reconquérir, langue à détendre, culture à ouvrir, identité à redéfinir, incertitude… Ce n’est plus il y a trente ans, ni dix ans, c’est l’urgence d’aujourd’hui.

blogue@press-1475 press@1475