Blogue

1 mai 1990
Par Maurice Lachance in Spirale (Québec), 1 mai 1990

Texte

«Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc.»

Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc. Il y a longtemps qu’un enregistrement n’avait eu sur moi l’effet d’un tel coup de foudre. Est-ce dû à son originalité? son humour? son engagement politique? C’est grâce à tout cela que ce disque impressionne tant et, de plus, parce qu’il révèle enfin la musique de la langue. Il s’agit bien, comme le dit le titre de l’album, d’un véritable trésor sonore.

René Lussier, guitariste, multi-instrumentiste, électro-acousticien, s’est fait une réputation de chercheur de sons. Avec son fidèle partenaire Jean Derome, il a toujours travaillé à dé- et recontextualiser les sonorités de notre environnement. Plutôt que de créer des sons nouveaux à l’aide de synthétiseurs, il puise à même notre habitat musical. S’il y a des voyeurs, Lussier est, quant à lui, un écouteur. Son oreille guette le moindre bruit dans le but de le relocaliser et de lui donner, par le fait même, une signification insoupçonnée. Le Trésor de la langue est donc en quelque sorte l’aboutissement d’une recherche commencée il y a déjà une dizaine d’années; cette fois, la perversion de l’écouteur aura trouvé un objet de rêve: la parole.

Du bon travail?

Lussier a fait parler les gens de la rue et les a enregistrés, il a réécouté des paroles politiques fort connues, il a interviewé les petites gens et leurs frustrations. Cette banque langagière a ensuite été transcrite sur partitions musicales de façon à rendre les mélodies, les motifs, les rythmes propres à ces paroles. Une fois ce travail accompli, Lussier a orchestré ces partitions en y superposant des instruments comme la guitare sèche, le violon ou le trombone qui suivent, grâce à un synchronisme parfait, le débit de ces paroles. Le résultat est fascinant puisque nous entendons un chant jusqu’alors imperceptible. On ne peut s’imaginer toute la musique qui se cache derrière des paroles, même fort insignifiantes.

Ce qui vient d’être décrit demeure avant tout intéressant pour le musicien sensible à la technique de son art. On est frappé par la précision de la dictée musicale, par l’intelligence de l’orchestration, par la qualité du mixage, mais ce beau travail n’aurait été qu’un beau travail, rien de plus, s’il n’avait relevé le défi de découvrir, par la musique, un sens à ces paroles.

Politique et musique

Le Trésor de la langue s’organise à partir d’une quête: celle de deux individus en voiture qui demandent aux gens la direction pour aller à Québec. De plus, ils leur posent une question cruciale: est-ce important de parler français? Une première répondante, par hasard Française, dit qu’elle ne comprend pas le «dialecte québécois» et qu’elle aimerait bien qu’on «s’adresse à elle en français». Dès le départ, Lussier annonce ainsi ses couleurs: si la musicalité de la langue m’intéresse, je dois inévitablement aborder la «politicalité» de cette langue. C’est, à mon avis, ce qu’il y a de fort dans ce disque: la politique et l’histoire du Québec sont revues et corrigées par un musicien. Un musicien pour lequel l’humour est fondamental. Ceux qui l’ont vu sur scène savent combien il sait faire passer des idées musicales avant-gardistes et souvent difficiles au moyen du rire. Le Trésor de la languene fait pas exception, ainsi que le montre cette séquence, entre cent, où une Anglaise de Québec indique à nos deux voyageurs comment se rendre au centre-ville. La non-communication entre les deux peuples n’a peut-être jamais été montrée de façon aussi ironique.

On le voit, le choix des paroles (le Référendum, de Gaulle, le manifeste du F. L. Q. , la Française, I’Anglaise, etc. ) implique une position politique. Ce que Lussier a pressenti et qui devient de plus en plus évident à l’écoute de son disque, c’est que la musique, utilisée de cette façon, est bien plus qu’un simple support à un projet politique, elle en constitue peut-être même l’essence.

blogue@press-1476 press@1476