Blogue

13 octobre 1991
Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 13 octobre 1991

Texte

«René Lussier fait quelque chose de brillant et de très puissant sur le plan orchestral…»

Une œuvre dont le noeud est la langue de chez nous, ses particularités, sa fragilité et surtout sa musicalité, une œuvre échafaudée sur la thématique de notre survie en tant que société, sur notre culture menacée, voici ce que Le trésor de la langue propose d’entrée de jeu.

Vendredi soir à Victo, étions nous en train de revivre les annees soixante? Étions-nous à revisiter Speak white via un emballage sonore plus branche’? Un peu… pas vraiment.

Avec un sujet redondant et essoufflé, René Lussier fait quelque chose de brillant et de très puissant sur le plan orchestral, sans toutefois faire l’unanimité sur la fraicheur et l’originalité du propos.

C’est qu’il redonne vie à une thématique que tout amateur de culture québécoise a machouillé depuis des lunes la nation, sa langue, son avenir, le pouvoir qui l’anime, les Amérindiens qui y sont écrasés, etc. Voilà les prétextes de la représentation poétique et sonore du Trésor de la langue. C’est vrai, ce thème est usé à la corde, mais la question nationale n’est toujours pas réglee et soulève encore les passions.

«Je suis de moins en moins intéressé par le débat constitutionnel, mais Le trésor de la langue relate quand méme une réalite d’aujourd’hui. Je veux faire réagir sans toutefois proposer une forme de propagande», assurera René Lussier, au lendemain de sa trés solide prestation.

L’adaptation en concert dont le «statement» formel est la superposition orchestrale de fragments de conversation et de discours n’est pas chose évidente; si cette démarche d’une extrême rigueur semblait faite sur mesure pour le studio, elle ne l’était pas pour la scène. Mais René Lussier a réussi à faire de son fameux Trésor de la langue un événement sur les planches de Victoriaville.

D’excellents musiciens

Le guitariste, d’ores et déjà une vedette pour les festivaliers de Victo, na d’ailleurs pas lésiné sur le casting du premier Trésor de langue sur scène.

Outre l’Abitibien Richard Desjardins, une équipe de haut niveau bossait à ses côtés. On aura remarqué Alain Trudel, le meilleur tromboniste à Montréal, le multi-instrumentiste Jean Derome (complice de Lussier dans le tandem Les Granules), le percussionniste Pierre Tanguay, le bassiste Jean-François Martel sans compter un sorcier du sampling, le New-yorkais Bob Osterag, qui distribuera les fragments du Trésor de la langue, emmagasinés dans ses ordinateurs à sons.

Si le noeud du Trésor de la langue, œuvre maîtresse de René Lussier, est la langue parlée, cela n’est pas si évident en début de concert. Mais, progressivement, les bribes de discours (de Gaulle, René Lévesque, Michel Chartrand, etc. ) et de commentaires anecdotiques finiront par être mitraillés vigoureusement, rappelant davantage l’enregistrement sur disque.

En guise de préambule, Richard Desjardins prend le micro, relate les grands noms des BoisFrancs (dont Victo, on le sait, est la métropole) et fait rigoler la compagnie; Wilfrid Laurier aurait inventé le billet de 5$. Jean Béliveau, aurait inventé l’homme parfait, sans compter Michel Levasseur, inventeur d’un «festival internationale de musique capotée». Desjardins n’omettra point d’énumérer les spécialités de la place; célèbres gourets de marque victoriaville et bien sûr, la poutine de l’endroit figurent dans la nomenclature.

Puissante machine

Puis, la machine orchestrale se met en branle, Belle machine, puissante, précise, qui ne craint pas les vitesses de pointe. Il y a certes quelques petits défauts dans la livraison, quelques séquences me semblent superflues, l’opération n’en demeure pas moins une réussite. On s’attendait à des moments de puissance, à de la haute voltige instrumentale. Les festivaliers auront été servis.

Sans cesse, on y zappait d’un canal à l’autre, passant allégrement de la ballade quétaine au rock hardcore avant de swinguer la baquaise dans le fond de la boîte à bois et de blues-rocker sur une envolée oratoire de Michel Chartrand.

«C’était de la véritable prestidigitation. J’étais entouré de musiciens extraordinaires, qui devaient exécuter un travail de moine», commentera Richard Desjardins aprés le concert, ravi d’avoir participé à la livraison sur scène du Trésor de la langue. Toute l’équipee est d’ailleurs intéressée à répéter l’expérience.

blogue@press-1477 press@1477