Blogue

10 décembre 1998
Par Nicolas Tittley in Voir (Québec), 10 décembre 1998

Texte

Quatre parutions en un an, ça méritait d’être souligné. Surtout pour un artiste aussi étrange et avant-gardiste que Martin Tétreault, ce manipulateur de tables tournantes qui utilisait la friture de vinyle comme base rythmique bien avant que le trip-hop n’en fasse une mode. Tétreault n’est pas un DJ au sens conventionnel du terme, bien que son approche s’apparente à celle de ceux qu’on appelle les «turntablists». À quelques rares exceptions (son travail sur Callas avec Lepage) près, Tétreault n’est pas un adepte de la citation musicale: ses pick-ups antiques grincent, mordent et pincent comment autant d’instruments bruitistes. Les machines et les disques sont soumis à des manipulations extremes où l’aléatoire semble tenir une place de choix, mais Tétreault est visiblement le seul maitre à bord. Sur son disque en solo, paru sur l’étiquette belge Lowlands, Tétreault a su montrer toute l’étendue de sa sensibilité et de sa vision artistique dans ce paysage sonore digne d’un film de science fiction soviétique, Tétreauit emprunte aussi bien à Pierre Henry qu’aux rythmes africains et tisse une toile musicale carrément hypnotique.

blogue@press-1757 press@1757