Blogue

16 mai 1998
Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 16 mai 1998

Texte

«Il échafaude, il édifie, il maçonne. Il travaille beaucoup, énormément et toujours avec conviction.»

René Lussier est peut-être bien un homme de chantiers. Depuis des lunes, en fait depuis vingt-cinq ans, il construit. Il échafaude, il édifie, il maçonne. Il travaille beaucoup, énormément et toujours avec conviction. Probablement que des chantiers, musicaux s’entend, il est l’architecte. René Lussier est certainement un architecte des sons.

Signe des temps, à dire vrai de son temps, son agenda de travail est chargé. Tenez, la semaine qui s’achève a commencé par un spectacle, en compagnie de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), au Palais Montcalm. Le lendemain, Lussier lançait un compact intitulé Chronique d’un génocide annoncé. On aura deviné qu’il s’agit là de la musique du film réalisé par Danièle Lacourse et Yvan Patry.

Les grands explorateurs

Demain à 13h, demain au Festival international de musique actuelle à Victoriaville, ce guitariste, compositeur, improvisateur se produira en solo. Un peu avant ou un peu après, il lancera deux albums qu’il a réalisés avec le batteur Pierre Tanguay. Les titres? La Vie qui bat? chèvre et La Vie qui bat? chevreuil. Antérieurement à tout cela, mais récemment, il a lancé un album confectionné avec Martin Tétreault aux tables tournantes, pick-up et radio. C’est pas fini.

Le 29 mai, dans le cadre de l’émission Les Décrocheurs d’étoiles à Radio-Canada, sera diffusé un long collage poésie-musique que Lussier a concocté avec le poète franco-ontarien Patrice Desbiens, qui incidemment fut le sujet de notre entrevue du lundi; du dernier lundi. Puis, le 20 juin, en compagnie de Pierre Tanguay et du chanteur Fred Fortin, ce sera le show Gros Mené. Un show de chansons et rock sauvage. Ensuite, ce sera une série de trois concerts de musique improvisée au Musée d’art contemporain.

Soyons un instant comptable. Faisons les comptes comme les additions. René Lussier, c’est 20 albums parus sous son nom; 24 participations aux albums des autres; 55 musiques pour des courts métrages ou des documentaires, et enfin six compositions commandées par la SMCQ, Tim Brady, etc. Bref, l’inventaire de ce qu’a accompli ce musicien de 41 ans en impose.

Ce souci ou cette éthique du travail que Lussier cultive constamment avec humour est probablement la conséquence ou l’antidote à ce constat qui est sien: «Il est évident que le showbiz n’a pas été fait pour notre musique. Chaque note qu’on joue est contre la musique commerciale.»

Lorsqu’il emploie le «nous», il parle de lui et de Martin Tétreault, de Pierre Tanguay et de Jean Derome, de Robert Marcel Lepage, de Tom Walsh, de Joae Hétu… Bref, il parle de toute la bande qui a formé et tient à bout de bras depuis une vingtaine d’années l’étiquette Ambiances Magnétiques.

Il parle d’eux, tous ces musiciens montréalais, mais aussi de Fred Frith, de Evan Parker, d’Eugene Chadbourne, de Hans Reichel, de Derek Bailey, de Marilyn Crispell… soit tous ces musiciens ou artistes européens comme américains qui préfèrent explorer des territoires inconnus plutôt que les territoires des lieux communs, des poncifs. Entre eux comme entre ces continents, ils se connaissent et se fréquentent régulièrement.

Dur noyau duret les autres

Dur noyau dur, c’est le titre de l’album qu’il vient de signer avec Martin Tétreault. C’est un disque fait de sculptures sonores. C’est Lussier à la guitare électrique et Tétreault aux tables tournantes, pick-up et radio. C’est surtout «le goût de faire une musique ayant une charge électrique. Une chose ayant de la puissance et aucune censure». Dur noyau dur, c’est un long écho musical «à une phrase de Claude Gauvreau: n’ayons pas peur du bizarre échevelé».

Dur noyau dur, c’est également des titres en dur. C’est Azur, Bouture, Brûlure, Cyanure, Dictature, Emmanchure, Engelure, Enrayure, Fioriture, Froidure, Gravure, Jointure, Luxure, Manufacture, Mercure, Nervure, Obscur, Parjure, Revoyure, Sciure, Sculpture et Sépulture. Dur noyau dur se compose des chapitres de… n’importe quelle vie.

blogue@press-1772_101 press@1772_101