Blogue

1 novembre 2001
Par Serge Roy in Convergence #2:3 (Québec), 1 novembre 2001

Texte

«… où que tu sois, tu es entourée de bruits, il y a toujours quelque chose qui te ramène là, tes toujours dedans.»

Martin Tétreault et i8u se sont croisés il y a quelques mois lors d’une soirée organisée par Francisco López au Silophone. Poursuivant leur carrière respective, les deux bruiteurs-musiciens-compositeurs comptent bien unir leur talent sur scène et sur disque. Nous les avons rencontré à Mutek 2001. C’était leur première vraie prestation en duo.

D’abord formé en arts plastiques, Martin Tétreault s’est découvert une passion pour les tourne-disques en 1984 en s’amusant à casser des disques vinyles en deux, à les rescotcher l’envers et les faire jouer sur son pick-up. Bruiteur, manipulateur de tourne-disques et compositeur, Martin Tétreault est associé au courant de musique improvisée, de musique actuelle montréalaise et plus particulièrement au collectif Ambiances Magnétiques. Il a accompagné, en spectacle et sur disques, plusieurs autres artistes de ce collectif: Michel F Côté, Joane Hétu, Diane Labrosse… Ces dernières années, il a entrepris une carrière solo, qui l’a amenée dans plusieurs festivals de part et d’autre de l’Atlantique.

i8u a suivi un parcours plus traditionnel. Ayant d’abord reçu une formation en musique classique, elle s’est ensuite tournée vers la musique blues, voie qu’elle aurait sans doute poursuivie si le hasard n’eut pas mis David Kristian sur son chemin. Curieuse de nature, elle s’est lancée dans la musique électronique sur l’invitation de David Kristian, comme ça, juste pour voir… «J’ai réalisé que c’était une musique qui était très naturelle pour moi. Ce changement très drastique pour moi a marqué une sorte de coupure radicale. Il a fallu que j’entreprenne tout un cheminement, que je désapprenne ce que j’avais acquis en musique traditionnelle (structure musicale, mélodie, rythmes…) pour approcher cette nouvelle musique sans idées préconçues.»

Les deux artistes ont un point en commun: ils créent de la musique électronique à partir de diverses sources analogiques et numériques qu’ils échantillonnent, tripatouillent, remodèlent. Martin ne sort jamais sans son tourne-disques, mais ne trimbale presque jamais de disques. «Ces temps-ci, racontent-il, j’utilise beaucoup ce vieux tourne disques auquel j’ai rajouté deux bras de lecture pour que ça soit plus dynamique et qu’il y ait encore plus de possibilités sonores. Tous les sons sont générés par le moteur. Les bruits viennent du moteur, de l’intérieur de l’appareil. C’est un travail au niveau de l’électricité comme tel, des buzz électriques. Les sources issues de ce matériel sont branchées à un vieux synthétiseur Rolland, ce qui me permet de moduler les différentes entrées audio. Avec des pédales de volume, de distorsion et de délai, je contrôle le tout sans nécessairement devoir passer par la console.» La musique de Martin est donc plus «électrique», qu’«électronique», du fait qu’il utilise des sources analogiques, qu’il gonfle les fréquences, amplifie le ground, les mauvaises prises à la terre. Il produit et traite les bruits parasitaires que les musiciens traditionnels s’évertuent à éliminer.

Elle, en concert, trimballe notamment un synthetiseur Emu Morpheus, un synthétiseur Korg ES-1, et un lecteur de mini-disques sur lequel elle a préenregistré des sons qu’elle traite ensuite en direct. Elle fabrique et échantillonne des sons provenant de diverses sources, obtenus directement de l’ordinateur. «Je fais une espèce de jam avec l’ordinateur, j’enregistre ça et selon ce que Martin me fait jouer durant notre set, j’introduis mon matériel. Je passe le plus clair de mon temps à programmer des sons, à trouver de nouvelles manières de les fignoler.»

Sur scène, le duo laisse une grande place à l’improvisation. «En répétition et à force de jouer ensemble, on a délimité la palette de sons de chacun et fixé la gamme à partir de laquelle on veut travailler, explique Martin. Après, ça devient trés mécanique; on réarrange différemment ces sons-là, qui évoluent, selon l’esthétique sonore qu’on a choisi.» L’ambiance du moment influence bien évidemment la prestation. «L’envoûtement que le public peut avoir lors de la performance, c’est important pour nous, explique i8u. Il faut impliquer l’audience dans le processus et non pas se contenter d’être l’artiste qui présente devant les gens qui écoutent. On recherche cette interaction, ça nous alimente.» À Mutek, incidemment, les artistes semblaient très préoccupés par la configuration de la salle. Contrairement à la plupart des autres concerts du festival, ils étaient installés derrière la salle, devant les techniciens de son.

«La musique qu’on fait, commente Martin, découle la plupart du temps du mouvement de la musique improvisée, mais elle n’est pas créée avec les mêmes outils, à savoir un ordinateur portatif et des logiciels. Le résultat sonore peut donc sembler différent de ce qu’on entend à Mutek (et lors d’autres festivals de musique dite électronique). Dans le fond, le projet qu’on fait ensemble pourrait aussi bien avoir lieu au Festival de musique actuelle de Victo. Le fait qu’il se soit retrouvé dans la programmation de Mutek prouve que finalement il y a des ponts entre ces différents créneaux.»

Tant mieux pour les deux artistes si les occasions et lieux de diffusion de leur musique se multiplient. Car au demeurant, le quotidien n’est pas toujours facile pour ces deux-là qui préfèrent l’expérimental au commercial. «On ne fait pas du pop, on est loin de la musique commerciale, de Britrey Spears et compagnie, dit i8u. Créer de la musique, c’est une mentalité, ça devient un mode de vie. Tu deviens tellement obsédé par ton travail; où que tu sois, tu es entourée de bruits, il y a toujours quelque chose qui te ramène là, tes toujours dedans. Ça m’est peut-être personnel, mais je suis connectée 24 heures sur 24.»

Martin, lui, a la chance d’avoir un grand réseau de collaborateurs et de jouer plus souvent. Il travaille régulièrement comme musicien invité, ici et en Europe, «Pour l’instant, je fais souvent des allers-retours en Europe pour jouer dans différents festivals, en solo ou en duo avec d’autres musiciens de partout dans le monde; des Français, des Japonais, des Belges… Si je n’avais pas de tournée en Europe, et si on ne faisait pas appel à moi ici pour de la musique de film, de théâtre ou de danse, je ne pourrais pas vivre de mon métier.»

i8u et Martin Tétreault n’ont pas officiellement formé un duo, mais le plaisir qu’ils ont à jouer ensemble les amènera surement vers d’autres collaborations. D’ici là et en attendant leur prochaine sortie, les amateurs du genre peuvent commander les albums solos des deux artistes sur le site d’i8u et d’Amblances Magnétiques. Pour découvrir la résonance des deux univers, il faut se procurer une pièce rare: un album artisanal enregistré par les deux artistes lors d’un atelier de travail les 11 et 12 janvier.

blogue@press-1982 press@1982