Blogue

22 novembre 2001
Par Réjean Beaucage in Voir #768 (Québec), 22 novembre 2001

Texte

Peu de gens pourraient prétendre avoir été aussi occupés que René Lussier ces derniers mois. Cet été, il participait au Festival de Jazz après avoir fait le Off-Festival la veille avec un autre projet; on le revoyait quelque temps après avec son ensemble Grand Vent, à l’Alizé, et il se produisait en solo à la Casa del Popolo il y a quelques jours. Durant cette période, il a fait paraître deux disques, l’un de guitare (électro)acoustique solo, et l’autre avec un ensemble de neuf musiciens. La musique du film-brûlot Bacon, c’est également lui. Et il se ramène encore cette semaine avec deux projets différents! Ce 29 novembre, il participe au Super Boom DAME dans le duo des Jumeaux de la planète Mars avec son complice contre-actuel, le clarinettus optimus Robert Marcel Lepage. Si DAME peut fêter ses 10 ans et 175 disques, c’est en partie grâce à ce duo qui faisait paraître en 1984 le disque (vinyle, évidemment) Chants et danses du monde inanimé (AM 001). "J’avais déjà fait un "RL 01" [Fin du travail, devenu en réédition AM 000], alors j’ai proposé de faire un R(obert)L(epage) 01, puis on s’est dit qu’on pourrait lancer une petite compagnie…", et boum: voilà Ambiances Magnétiques! La soirée étant placée sous le signe de l’improvisation, on assistera avec plaisir à la réunion de ces "jumeaux" qui nous proposeront quelques-unes de leurs musiques "néo-tacites".

Mais René Lussier est surtout préoccupé par un autre projet ces temps-ci, celui de Tombola Rasa qui prendra d’assaut la scène du Cabaret durant trois soirs la semaine prochaine. Il y sera avec 13 musiciens et choristes, et ça risque de déménager sérieusement. La liste des participant-e-s est à elle seule une invitation au voyage! Qu’on en juge: les musiciens de l’ensemble Grand Vent Maxime Lepage (basse, guitare), François Chauvette (batterie) et Guillaume Dostaler (Hammond B3), Alain Lamontagne (harmonica et podorythmie, avec lequel Lussier fera quelques démonstrations de "tapage combiné"), Normand Guilbault (contrebasse), Robert Marcel Lepage (clarinette), Pierre Langevin (clarinette, cornemuse), Tom Walsh (trombone), Jean René (alto) et les voix de Suzanne Champagne et Paule Marier. Ajoutons encore la poésie coup-de-poing de Patrice Desbiens et une performance de Paul Grégoire (qui élabore aussi le décor), et cette tombola ne risque certainement pas d’être rasante! "J’aime ça, l’idée d’avoir plusieurs chances de "vivre des affaires", de se perdre et de se retrouver; on sera tous sur scène, il y aura deux sets, c’est un show de deux heures avec du stock en masse, des chansons hawaïennes, des reprises, des improvisations, le côté assez noir de Paul Grégoire ou de Patrice Desbiens; mais dans un set-up coloré. C’est ça, l’ambiguïté de Tombola Rasa, ce n’est pas uniquement sombre ou clair, y a toutes les teintes et toutes les couleurs."

Au moment où l’on se parle, tout est encore ouvert: "J’essaie d’intégrer tout ça; il y a la personnalité des gars de Grand Vent, avec lesquels je répète beaucoup, on fait de nouvelles pièces et on modifie les autres; avec la gang de Tombola, c’est davantage "musique de chambre", même si ça drive (je n’ai pas choisi les pièces les plus down, mettons), mais on fera certainement la moitié du disque, des pièces du Corps de l’ouvrage… Chacun aura son petit numéro. Ce sera quelque chose de finalement plutôt joyeux. Le mois de novembre est assez down de même! Ça se construit et je ne sais pas encore exactement où ça va, mais ça y va! Et puis, après tout, ce sera une tombola, donc il y aura des prix de présence, peut-être une grande roue de fortune, etc."

Bref, René Lussier s’en promet toute une. Entre-temps, il continue à "cultiver" l’improvisation à travers ses "boudines" - des rencontres de musiciens qu’il organise régulièrement depuis des années -, avec ou sans public, pour garder en forme les muscles créatifs. À compter de janvier, on pourra assister à ces rencontres chaque deuxième dimanche du mois à la Casa del Popolo. Puis les concerts de Grand Vent s’exporteront à l’extérieur de Montréal (si ça passe par chez vous, sautez sur l’occasion de voir ça!). Et puis une musique avec ce groupe pour un film sur le Sommet des Amériques… Parlant cinéma, la Cinémathèque propose ce 1er décembre à 18 h 30 Le Trésor archange de Fernand Bélanger, qui suit René Lussier dans quelques concerts du Trésor de la langue, son opus maximus. Où est René Lussier? Il est partout!

blogue@press-2025 press@2025