Blogue

1 mars 2004
Par Philippe Robert in Octopus #27 (France), 1 mars 2004

Texte

«… le résultat sonore est saisissant…»

Depuis 20 ans, le platiniste Martin Tétreault creuse son sillon autour des disques. Plasticien de formation, Martin Tétreault s’est très tôt intéressé aux disques afin de produire une musique tournant autour de la citation et du piratage. Depuis quelques années, les disques traditionnels ont déserté les platines du Québécois au profit d’une exploration débridée et sans frontières de la lutherie phonographique. Creusant le sillon ouvert par John Cage en matière de pratiques étendues, le Québécois Martin Tétreault, depuis une vingtaine d’années (ses premières expériences en solo remontent à 1984), n’a eu de cesse de tester tout ce qui a trait aux disques en tant que supports et aux platines, abandonnant progressivement les premiers au profit des secondes. Sous l’influence de sa formation de plasticien, il lui a rapidement semblé logique de s’attaquer d’abord au vinyle comme matériau, d’autant plus que le tourne-disque était un objet qui le fascinait depuis l’enfance. A l’instar de nombre de ses confrères, Martin Tétreault commence donc par s’intéresser à la citation et à l’idée de piratage avant d’élargir cet horizon: «Un jour, j’ai pris un disque, l’ai coupé au milieu, en ai fixé les deux moitiés inversées que j’ai mises sur le pick-up pour écouter. De ce jour, la platine était devenue pour moi active.» Vers le milieu des années 80, il rencontre les musiciens du label Ambiances Magnétiques, dont il devient un des piliers. Notamment le guitariste René Lussier, avec lequel il enregistre Dur noyau dur, et qui l’initie à l’art du pionnier Christian Marclay, qu’il rencontre en 1989 à New York dans le cadre de la fameuse exposition Broken Music. Tandis que Marclay continuait de s’impliquer dans les arts visuels parallèlement à la musique, le Canadien prend un chemin inverse, multipliant les collaborations avec Jean Derome et la formation Bruire de Michel F Côté. En 1998, un disque vient marquer le point culminant de sa pratique d’alors - qui par la suite évoluera considérablement. Il s’agit d’un duo avec le clarinettiste Robert Marcel Lepage en hommage à Maria Callas, thème d’ailleurs déjà abordé par Marclay sur More Encores. Lyrique, malicieux, jubilatoire: cet album use de la citation parasitée par les scratches dans le cadre d’improvisations tour à tour enjouées ou mélancoliques, qui constamment mettent en œuvre des réminiscences, une certaine forme de nostalgie. Tétreault joue encore des disques, de leur contenu comme de leurs craquements, variant la vitesse de lecture et sautant de l’un à l’autre pour générer des apparitions lexicales saugrenues.

Grosso modo, c’est à partir de son trio avec l’échantillonneuse Diane Labrosse et la percussionniste électronique Ikue Mori sur Île bizarre que Tétreault commence à se passionner plus avant pour les moyens de reproduction en eux-mêmes, c’est-à-dire la platine et ce qui va avec, comme en témoigneront plus tard ses nombreuses collaborations avec Otomo Yoshihide (21 Situations) ou Sachiko M (Four Focuses). Depuis, plutôt qu’en lecteur, aussi sophistiqué soit-il, c’est en tant que véritable générateur de sons qu’il a transformé la platine, laissant de côté tout ce qui avait trait au détournement pour ne plus se consacrer qu’à elle. En la modifiant et en l’explorant, ainsi que ses périphériques. «La platine en elle-même peut produire du son car son aiguille et la cellule peuvent agir comme un microphone. L’aiguille posée directement sur le plateau crée des vibrations dont on peut amplifier le volume.» Singulier et bruitiste, son art est désormais centré sur la musique des objets: celle des deux à quatre platines dont il joue, chacune équipée de plusieurs bras, avec des aiguilles préparées reliées à des ressorts ou des ballons, l’ensemble passant au travers d’un mélangeur. «Avec les deux bras, confie-t-il, ravi, je peux obtenir des effets de delay.» En effet, le résultat sonore est saisissant, dont on peut se faire une idée précise à l’écoute de son coffret de trois mini-CD en compagnie d’Otomo Yoshihide. Comme lui, ce dernier, influencé par Sachiko M, a délaissé le zapping virtuose (il avait longuement théorisé le «virus sampling») pour ne plus se consacrer qu’au son, au sein d’I.S.O. et Filament. Mû par des préoccupations voisines de celles de son confrère canadien, le processus d’échantillonnage ne l’interpelle plus guère car il trouve plus intéressant d’expérimenter en produisant du feedback, des bruits parasites et de les monter ensemble. On pourrait même parler là d’archi-textures corrosives. Des textures d’ailleurs au diapason de la gestuelle toujours plus minimale et étonnante de Tétreault, que l’on peut écouter en live depuis peu avec les Kristof K. Roll, Xavier Charles et Diane Labrosse au Festival de Victoriaville.

blogue@press-2409 press@2409