Blogue

9 août 2007
Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 9 août 2007

Texte

Le contrebassiste Pierre-Yves Martel est le petit dernier au sein du Quintette Mont-Royal et il s’apprête à donner ses premiers concerts en tant que membre de l’ensemble.

On ne croise pas si souvent le Quintette Mont-Royal (QMR) dans nos salles de concert, mais on voit fréquemment ses membres jouer avec d’autres ensembles, que ce soit à la SMCQ, avec Les Enfants Terribles, Les Violons du Roy, Bradyworks, l’ECM, ou les orchestres symphoniques de Québec, de Sherbrooke, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, etc. Devant trouver un nouveau contrebassiste, Marie-Hélène Breault (flûte), Marie-Julie Chagnon (clarinette), Shawn Mativetsky (percussions) et Catherine Meunier (marimba) se sont tournés vers Pierre-Yves Martel, un musicien originaire d’Ottawa (il s’y produit avec l’Orchestre du CNA, l’Orchestre symphonique d’Ottawa, l’ensemble Fusion, etc.) qui est très actif dans le milieu de la musique actuelle montréalaise depuis 2004.

«Je fais toujours de l’orchestre et même à l’occasion de la musique ancienne à la viole de gambe, explique Pierre-Yves Martel, mais je suis très attiré par l’improvisation et le jazz. Dès mon arrivée à Montréal, ça a cliqué avec le milieu de la musique actuelle.» Son disque solo Engagement et Confrontation, paru l’année dernière chez Ambiances Magnétiques, donne un aperçu très convaincant de sa polyvalence, un atout indéniable pour le QMR, qui programme surtout des musiques de jeunes compositeurs. «Quand on m’a proposé de me joindre à l’ensemble, j’ai sauté sur l’occasion!» Les membres du QMR ont l’ambition de rendre la musique contemporaine attirante pour un public jeune et avide de nouvelles musiques.

«Il y a dans notre répertoire des influences du rock ou des musiques du monde, de la batterie ou du tabla, poursuit le contrebassiste, et sans doute une volonté d’accessibilité, mais ça reste de la musique contemporaine». Les pièces interprétées lors du concert donné dans le cadre du festival Jusqu’aux oreilles sont toutes dues à des compositeurs d’à peine 30 ans (sauf Pulau Dewata, de Claude Vivier, arrangée par le QMR). On y entendra des œuvres de René Orea Sanchez (en création), Christien Ledroit (en création) et André Cayer. Le QMR donnera un tout autre programme lors de son passage au Festival international du Domaine Forget le 22 août. La 9e édition du festival Jusqu’aux oreilles propose 17 concerts du 9 au 19 août.

blogue@press-3369 press@3369