Blogue

22 mai 2008
Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 22 mai 2008

Texte

À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

«Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

«Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

blogue@press-3579 press@3579