Blogue

22 mars 2003
Par David Cantin in Le Devoir (Québec), 22 mars 2003

Texte

«… ce coffret réunit les groupes Po, ’Gypt Gore, Burns/Caloia/Heward, ainsi que Balai Mécanique pour une confrontation pure et dure…»

Osama est un objet solo non identifiable qui explore l’arabophobie

Il est toujours fort agréable de discuter avec Sam Shalabi. L’homme sait de quoi il parle. Lorsqu’il ne se range pas avec le quatuor Shalabi Effect, l’improvisateur-compositeur mène de front une bonne douzaine de projets: du jazz libre de Balai Mécanique à la chanson déraillée au sein de Molasses. Vers la fin de 2001, Shalabi entreprend l’écriture de pièces autobiographiques et dissidentes à propos des attentats du 11 septembre. Après six mois de travail acharné, une certaine confusion s’empare toutefois du processus créatif.

«Je voulais absolument me prononcer en tant que musicien, explique-t-il, puisque la plupart des artistes semblaient mal à l’aise de dire quoi que ce soit. Personne ne réagissait. Avec l’aide d’Éric des Donkeys, j’ai d’abord eu envie de quelque chose de très prosaïque et d’organisé. Mais, peu à peu, je me suis demandé si la protestation n’était pas finalement un leurre en soi.» L’aventure aura duré plus d’un an, mais Osama (sur Alien8 Recordings) en valait sans doute la peine. Comptant sur l’apport d’une trentaine de musiciens de la scène locale (des membres de GY!BE à un chœur soufi), les cinq morceaux vont du rock lourd à la narration la plus absurde. Toutefois, Shalabi insiste pour dire qu’il a voulu atteindre le plus grand nombre d’auditeurs. «Contrairement à On Hashish, ces pièces sont jouées live. J’ai ainsi tenté de faire un album rock dans la plus pure tradition. Une sorte de documentaire mis en musique où l’on passe d’un extrême à l’autre. Je crois avoir obtenu le reflet d’un certain état d’esprit durant cette période, plutôt qu’un message politique quelconque.»

L’excès

Moins hermétique que son premier effort, Osama déstabilise, inquiète et dérange celui qui s’attend à une trame familière. On découvre plutôt un album où l’imprévisible est à l’honneur: de la construction minutieuse au chaos le plus élégiaque. Encore une fois, Shalabi prêche par l’excès. La paranoïa, la crainte, la joie, la révolte, de même que l’humour se retrouvent dans un même souffle tentaculaire. L’idée reste, sans doute, de pervertir la culture au sens le plus large. Comme le signale Shalabi à l’autre bout du fil, «je n’ai pas eu l’intention de produire un truc cynique. J’imagine plutôt une sorte de polyphonie étrange avec l’apport des nombreux collaborateurs sur cet enregistrement, sans avoir à rendre compte d’un message universel. Bien sûr, je m’oppose à la guerre ou à la haine raciale. Cela va de soi, mais il m’est impossible de penser en fonction d’un agenda artistique».

Alors que paraît cet album sans la moindre concession, Shalabi se distingue aussi sur trois des quatre CD (chez No Type) qui documentent la très active scène d’improvisation free montréalaise. Justement intitulé Montréal Free, ce coffret réunit les groupes Po, ’Gypt Gore, Burns/Caloia/Heward, ainsi que Balai Mécanique pour une confrontation pure et dure. «Cet autre versant de ma recherche musicale me stimule et me passionne plus que jamais», confie Shalabi. Pour entendre le guitariste d’origine anglophone avec une dizaine d’improvisateurs sur scène, vous pouvez assister aux concerts-lancements, qui se tiendront les 25 (à La Sala Rossa) et 26 mars (au Va-et-Vient), pour coïncider avec la sortie officielle de l’imposant coffret. Par ailleurs, Shalabi a également d’autres projets en vue. «On termine présentement le troisième album de Shalabi Effect avec une sortie éventuelle cet automne. Ensuite, j’aimerais entreprendre une séance d’improvisation avec des chanteurs tout comme des field recordings en suspens. Il y a aussi un projet de transcription des musiques de Morton Feldman pour guitares.» Beaucoup de boulot en perspective, donc.

blogue@press-555 press@555