Blogue

18 juin 2003
Par Julien Jaffré in Jade #12 (France), 18 juin 2003

Texte

«… une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes.»

Certains lecteurs de cette chronique n’étaient encore qu’à l’état de leur conception lorsque Diane Labrosse exaltait déjà (début 1980) avec énergie sa musique au sein de groupes féminins talentueux (Wonder Brass, Justine). Quelques années plus tard, on la retrouve négociant son talent avec génie en compagnie des marchands du temple de chez Tzadik (Ikue Mori, Martin Tétreault, Zeena Parkins). Vingt-cinq ans de proses musicales / combat, vingt-cinq ans d’une intraitable fougue de création pour venir jusqu’à nous sous la forme de ce duo, orchestré en compagnie de A_dontigny (membre de Napalm Jazz et morceaux_de_machines) pour un traité autour des perturbations électroniques et des effluves atmosphériques. Un ordinateur, un échantillonneur et voilà nos deux Canadiens disposés à refaire le monde à la mesure de leurs attentes et de leur talent. Un mille-feuille atmosphérique composé de nappes pesantes d’ambiant dark et d’entrelacs d’effets anesthésiants et où se superposent dans un croustillement auditif jouissif une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes. Une télépathie qui développe à bien des égards l’idée d’empathie entre les musiciens et avec le public tant chacun semble anticiper les réactions de l’autre, pressentir les mouvements et inclinaisons qu’ils souhaitent donner à leurs climats spectraux. Quand la musique devient un langage universel qui se suffit à elle-même sans avoir recours aux mots. Profond et exigeant.

blogue@press-596 press@596