Blogue

1 octobre 2003
Par Grégoire Courtois in Fluctuat (France), 1 octobre 2003

Texte

«… une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.»

a_dontigny et Diane Labrosse, deux figures majeures de la nouvelle scène électronique canadienne, s’associent le temps d’un concert pour un troublant moment de symbiose électronique.

D’un côté nous avons Aimé Dontigny, membre actif du (net-)label montréalais No Type, fondateur du collectif Napalm Jazz et deuxième moitié du duo Morceaux_de_machines. De l’autre, Diane Labrosse, électron hyperactif qu’on a vu collaborer régulièrement depuis les années 80 avec des pointures comme Ikue Mori, Martin Tétreault ou d’autres musiciens du label Tzadik de John Zorn. Le résultat sur le papier promettait une double déferlante bruitiste mais c’est avec quatre pistes subtiles qu’on se retrouve, faites de chuintements, de larsen, de cracks et de sons blancs certes, mais paisiblement assenés comme autant de notes de musique. C’est ainsi très rapidement qu’on oublie le duo et ces deux voix surgies de l’échantillonneur de Diane Labrosse et de l’ordinateur de Dontigny se fondent en une seule, lancinante et d’une redoutable efficacité.

Enregistré à la Casa del Popolo le 20 avril 2002, ce concert est donc une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.

Tout au long du disque, c’est en effet pétrifié que l’on assiste aux virages de la composition et aux enchaînements de timbres avec un plaisir d’autant plus important que l’on sait la totale improvisation de la performance. Sur ce point, la réactivité de Dontigny et de Labrosse force le respect et on comprend pourquoi Fragments, segments, séquences a été rebaptisé Télépathie.

Pur médium

Le disque s’ouvre sur le morceau t.s.f., inquiétantes variations autour de nappes de cordes et de grésillements blancs. La détérioration progressive de ce qui semble être un sample extrait du groupe de violons d’un orchestre, méthodiquement dévoré par des craquellements feutrés de plus en plus envahissants, dessine un paysage noyé dans les volutes de fumée d’une catastrophe passée et ce que notre oreille reconnaît comme une orchestration classique prend le statut de débris, de reliquat d’un monde perdu.

Ainsi on pourra interpréter le titre du morceau, soit l’un des premiers appareil de diffusion radiophonique à entrer dans les foyers, à la fois comme le témoignage fidèle des perturbations d’ondes qu’on pouvait entendre à cette époque, mais aussi comme l’idée que ces interventions du hasard sur la matière sonore sont aujourd’hui révolues, polies par la perfection d’un matériel haute-fidélité.

A part l’homme éveillé, qui est encore en mesure de stopper ou modifier le message publicitaire vertical directement de l’émetteur au récepteur? C’est l’une des questions posées tout au long de l’album, aux accents glitch même si la perturbation de signal est ici totalement maîtrisée et ne laisse que très peu de place au hasard.

Grondement du monde

Engagé par ce premier morceau en guise d’introduction thématique, le concert ne s’écartera jamais de sa problématique médiatique, tantôt bouillonnant d’une sombre agitation, carnaval de particules sonores déchaînées se mettant à envahir le spectre musical comme autant de voix électroniques interceptées alors qu’elles fonçaient autour du globe (antenne parabolique), tantôt grondement para-humain des appareils, révélant la vie propre des systèmes de mesure et de quadrillage de notre environnement (photo satellite), gospel hermétique de ces nouveaux esclaves de circuits imprimés à qui nous demandons tout sans jamais prendre la peine de les écouter.

Les ambiances développées dans la seconde partie du live deviennent ainsi progressivement tragiques, presque mélancoliques et c’est aussi lors de ces moments de tension retenue que les deux musiciens parviennent à cette symbiose surnaturelle dont nous parlions plus haut.

Offensive radiophonique

A ce titre, c’est le dernier morceau, média tactique, qui est le plus troublant, tant les voix de Labrosse et Dontigny parviennent à totalement se fondre l’une dans l’autre avec un aplomb rageur qui prolonge un discours introductif provenant visiblement d’une émission de radio et vantant la liberté de consommer du cannabis.

Orientées par la seule citation du disque, les variations abstraites qui suivent acquièrent donc paradoxalement un sens à la fois militant et neutre, prônant à demi-mot la ré-appropriation du mass-media, le droit à la subversion politique et musicale (un sample de reggae méconnaissable termine l’album) et concluent dans l’espoir ce panorama de la suprématie médiatique en apportant la preuve indéniable que tout objet invisible lancé dans la foule des hommes est sujet à sa ré-interprétation, que celle-ci soit effectuée par les aléas d’une technique pensante ou bien par l’esprit critique de quelques hommes échangeant leurs points de vue.

Une force mystique empêcherait-elle l’humanité de sombrer dans l’uniformisation imposée par la technique? C’est de toute évidence l’hypothèse doucement sous-entendue par cette miraculeuse télépathie.

blogue@press-648_2 press@648_2